mercredi 28 octobre 2009

Épinettes

Patrice Gilbert & Jacques Leininger – Epinettes – 1985
Production : Vie et Traditions d’Artois – Le Tambourineur





01-Mathilda (Sylvie Vandeneeckhoutte)/Adieu les gens (Christophe Declercq)
02-Allemande Nova (XVIe siècle)-Cuvée 83 (Christian Declerck)
03-De boer 1 et 2 (trad.)
04-Sandale d'Ô (Jacques Leininger)
05-Slow air (Trad.)/Fanny Power (O’ Carolan)
06-En route pour le désir (C. Declercq)
07-Scottische du 19 mars (C. Declercq)/Papier veiné (C. Declerck)/Carbure bémol (J. Leininger)
08-Tangeuze (J. Leininger)
09-La jolie fille (Trad.)
10-La Baudimont (Patrice Gilbert)
11-Bransle de Normandie (Borjon de Scellery)
12-A vos mazurkassettes (Guy Vandeneeckhoutte)

épinettes de Rémy Dubois, Bernd Maier, Noël Warnier

téléchargez  ici

189 téléchargements au 1/6/1013

dimanche 25 octobre 2009

La fille mal mariée


Ce recueil de chanson trouvé sur un marché aux puces dans la campagne flamande contient une vingtaine de chansons, en français et en flamand. Il est daté sur deux pages : 1856 et 1858. Il a appartenu à plusieurs personnes, les dernières que je peux identifier sont Gabrielle et Antoinette Duflot, dont les noms sont marqués sur plusieurs pages. Un dessin d’écolière trouvé en même temps que le carnet, aussi marqué Antoinette Duflot, localisé à West Cappel, m’a permis de retrouver la trace de cette famille.

Gabrielle Cornélie Elisabeth est née le 16 novembre 1893 et Antoinette Marie Cornélie le 11 mai 1898, à West-Cappel. Elles sont les filles d’Albert Arthur Alphonse Duflot et Stéphanie Louise Euphrasie Moffelein. Sa mère ne peut pas être la première propriétaire puisqu’elle est née en 1869. Peut-être provient-il de sa grand-mère paternelle, Marie Elisabeth Clémence Arnout ou de sa grand-mère maternelle Célestine Clémence Valentine Degroote, née en 1834 à Bissezeele ? nous ne le saurons jamais. La seule certitude est que ce carnet a été rédigé pendant qu’Edmond de Coussemacker faisait son collectage et il prouve qu’à cette époque, dans la Flandre profonde, on ne chantait pas qu’en flamand.
Il y a dans ce carnet une chanson sur le thème connu de la mal mariée que l’on retrouve également dans le recueil de chanson de A. Durieux et A. Bruyelle Chants et chansons populaires du Cambrésis, premier tome publié en 1864, page 63. Elle porte le titre :

La fille mal mariée

1er couplet
Mon pèr’ m’a mariée
A l’âge de quinze ans,
Il m’a donné un homme
De quatre-vingt-dix ans ;

Dans le livre onze vers ont été censurés, remplacés par des petits points, mais on retrouve le texte manquant sur des pages volantes, incluses dans l’édition originale avec cette mention liminaire : « Nous avons rassemblé ici, comme complément bibliographique, sous une pagination particulière, afin qu’on puisse en opérer la suppression ad libitum, tout ce que nous avions dû retrancher, mots, vers ou couplets, dans le cours de notre travail »

Et moi pauvre fillette
Comment passer mon temps !

2e couplet
Le premier jour des noces
Avec lui me coucha :
Il tourna ses épaules
Commença à dormir ;
Et moi pauvre fillette
Comment passer la nuit !

3e couplet
Le lendemain matin
Chez mon pèr’ m’en vas :
Bonjour, bonjour mon père.
- Bonjour vous soit donné
- M’avez donné un homme
Qui ne fait rien du tout

4e couplet
- Va ma fill’ prends patience,
C’est un riche marchand ;
On dit qu’il est malade,
Je crois qu’il en mourra :
Tu seras héritière
De tout ce qu’il aura

5e couplet
- Au diable la richesse,
Quand l’amour n’y est pas.
J’aimerais mieux un homme
A mon contentement,
Que toute la richesse
De ce riche marchand.

6e couplet
Et quand je serai morte
Ne me faudra plus rien
D’autre qu’un’ chemis’ propre
Un grand drap pardessus,
- Voilà la belle morte
Que l’on n’en parle plus !

Voici la musique donnée par Durieux et Bruyelle



Et la chanson écrite dans le carnet à la page 17 et 18

cliquez sur les photos pour les agrandir



J’ajoute la table des matières, le carnet complet est ici.

cliquez sur les photos pour les agrandir





samedi 24 octobre 2009

Hempson

En concert à Chelles en 1995




Denis Hempson, dont le groupe tire son nom, fut le dernier détenteur des anciennes traditions de la harpe irlandaise à cordes métalliques. Ses techniques et son répertoire furent étudiés en détail dans les dernières années du XVIIIe siècle par Edward Bunting qui présenta en 1840, dans son livre « The Ancient Music of Ireland », des systèmes d’accord, des doigtés, des ornementations, enfin quelques échantillons de musique notés directement d’après le jeu du musicien. Si on ajoute à ceci certains morceaux qui figurent dans des recueils irlandais du XVIe et XVIIe siècles, on constate qu’ils révèlent, en particulier dans les basses, des systèmes musicaux déjà archaïques à l’époque de leur publication.
Le groupe Hempson a étendu l’application de ces principes à tout le traitement instrumental, ce qui a exigé une remise en question fondamentale non seulement du jeu et de l’accord, mais aussi de toute la vision de ces musiques. L’expérience de la musique traditionnelle orale qu’ont tous les membres du groupe a profondément influencé la lecture des documents, et fait que l’interprétation n’est jamais figée. Car, au travers des signes écrits, nous retrouvons bien des formes toujours présentes aujourd’hui dans les traditions d’Irlande et d’Ecosse. Tous ces éléments fusionnent pour former une image plausible d’une pratique musicale dont les sonorités et les rythmes nous surprennent par leur fraîcheur et, malgré leur âge et certains aspects familiers, leur nouveauté.
John Wright

L’intérêt de ce concert est aussi dans les commentaires de John Wright qui explique la démarche des musiciens. Les arrangements et les tonalités sont parfois différents du CD édité en 1996


02-Feachan Gleash
03-Planxty Bourke
05-Scott's Lamentation
07-Marbhna no Cumba/I wish you would marry me now
09-A fig for a kiss/Huish the cat
11-Arthur Shaen
13-Bantry bay boys
14-Mr. O'Connor's Jig
16-Henry MacDermott-Roe
18-Sarsfield's lamentation/The Taproom
19-Robert Jordon
20-Hewlett
22-Patrick Kelly
24-James Betagh/Jig
26-Kitty Magennis
28-The cuckoo/Si Bheag si Mhor
30-Planxty Irwin


Katrien Delavier : harpe clairseach
Gérald Ryckeboer : uilleann pipes, cistre, tin whistle
John Wright : violon
Jean-Michel Alhaits : basson

téléchargez ici

380 téléchargements au 1/6/1013



mercredi 21 octobre 2009

Collectage du S.M.A.B.P.

Suite des collectages diffusés (voir les détails sur ce message), celui du "Syndicat Mixte d’Aménagement du Bas Pays" réalisé par Gaby Delassus.

01- J'étos ben malate, par Argentine Dubois
02- J'suis dégoûté d'Jérôme, par Simone Cacan-Deleplace
03- En arvenant d'ses camps
04- L'habit d'min vieux grand-père, par Denise Bertrand
05- Mon père m'envoie à l'herbe
06- François se mit dans s'tiête, par Simone Cacan-Deleplace
07- Hier fallo vir ça
08- Touchez pas min caraco
09- Qu'il était un p'tit homme
10- En revenant de Charenton
11- La chanson d'Mareuil
12- Faure et Drumont
13- Min camarade Flipot, par Mme Hardy

Je possède la "feuille volante" du n°1 sous le titre J'suis bin malate, imprimée à Lille. C'est "l'original VERC'RUYS" qui a créé ce monologue dans les années 1920 sans doute.



cliquez sur les images pour les agrandir



L'habit de mon vieux grand-père est d'Alexandre Desrousseaux bien sûr mais l'intro est originale.
Faure et Drumont est une chanson de café concert, paroles de Victor Tourtal et musique de Gustave Goublier, qui fait référence à Sébastien Faure, le militant anarchiste marseillais et Edouard Drumont l’auteur antisémite qui se sont opposés à propos de l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle

téléchargez ici

134 téléchargements au 1/6/1013

lundi 19 octobre 2009

Musiques des carillonneurs, les sources

Le manuscrit de André Jean Baptiste Bonaventure DUPONT, organiste, et carillonneur à l'abbaye de St Bertin à St-Omer en 1780-85

Ma découverte

En 1983, je fais des recherches dans le fichier manuel de la bibliothèque de Saint-Omer et je trouve la référence de ce manuscrit, je demande à le consulter. Puis je commande un microfilm, la bibliothèque ne pouvant pas le réaliser, le manuscrit est transféré au Archives du Pas de Calais.

Ce manuscrit avait été signalé par M Révillion dans le Bulletin Historique de la Société des Antiquaires de la Morinie en 1899. Il appartient à cette époque à l'organiste de la cathédrale Notre-Dame, M. Lucien Catouillard. Il passe dans la collection de M. Justin de Pas, historien local, ainsi que l'atteste la présence de l'ex libris sur le dernier plat du carnet. Il entre ensuite à la bibliothèque municipale de Saint-Omer sous la cote Ms 1691.
Ce document rare a été brièvement décrit dans le livre de Prosper VERHEYDEN, Beiarden in Frankrijk, publié à Anvers à 1924.

Un peu plus tard je fais la connaissance de Frank Deleu, producteur à la BRT 2, musicologue et carillonneur à Courtrai, Menin et Izegem.
Je le rencontre à Courtrai en janvier 1986, on échange nos informations sur Dupont (dont j'avais fait la généalogie) et son manuscrit, il m'apprend qu'il va publier une transcription très prochainement. Le premier tome est édité courant 1986 par une association de Courtrai. Le 2e tome paraît en 1988 et le 3e en 1990.

Musiques pour le carillon ?

Je doute fort qu'André Dupont ait joué ces mélodies au carillon car, d’après A. Dusautoir, dans son étude sur la Tour Saint-Bertin, parue vers 1930, l’instrument ne comprenait que 7 cloches : La tour renfermait sept cloches dans son beffroi. Cinq d’entre elles furent fondues, en 1470, sous l’Abbé Guillaume Fillastre par les fondeurs Hoerche de Bois-le-Duc. Elles portaient les noms de Willhelmine, Bertine, Charlotte, Marguerite et Benoite. Les deux autres fondues sous l’Abbé Vaast de Grenet, furent installées en 1586. L’une d’elles, Védastine, la plus forte de toutes, pesait 17.000 livres. Ces cloches formaient une échelle diatonique rigoureusement combinée. D’où s’échappait un harmonieux carillon.
Et même s’il mentionne également la présence, dans la tourelle située à l’intersection de la grande nef et du transept, d’un ensemble de treize cloches bénites par l’Abbé Vasast de Grenet en 1583 c'est trop peu pour jouer les mélodies contenues dans le manuscrit. De plus je doute que l’on ai laissé le carillonneur jouer des airs de contredanse dans une abbaye Bénédictine.
Mais peut-être les a-t-il jouées sur le carillon de la cathédrale où son père, Aldabalde Bonaventure Alexandre Joseph, était titulaire, ou plus simplement je crois qu'il pratiquait un autre instrument, le violon, comme son confrère Nicolas Lecat, à Dunkerque, qui jouait des contredanses dans les nombreux bals organisés par les confréries.

cliquez sur le rectangle gris pour lire en plein écran




Transcription de Frank Deleu publiée en trois volumes par De Gulden Sporen à Courtrai. Le manuscrit original est conservé à la bibliothèque municipale de Saint-Omer.


Fac similé publié en 1971 par Broekmans & Van Poppel à Amsterdam d'après l'original conservé à la bibliothèque du Koninklijk Vlaams Muziek Conservatorium à Anvers.
vous trouverez les transcriptions, et fichiers mp3 ici



Ensemble Beffrois



Le groupe Vents Contraires, créé en 1988, donne son premier bal à Boulogne sur Mer en février 1990. Dans les années 1991/92 nous avons travaillé parallèlement sur un programme de concert basé sur des musiques jouées au XVIIIe siècle par des carillonneurs. Katrien nous déchiffrait les partitions à la flûte traversière et nous les adaptions ensuite à notre jeu et à nos instruments. Après la disparition de Katrien, on a demandé à Daniel Boulogne de nous accompagner à la viole de gambe. Le premier concert a lieu à Dunkerque en avril 1993. Voici le texte de présentation du groupe qui plus tard s’est appelé Ensemble Beffrois.


Saint-Omer 1780 : un gamin de 15 ans, Jean-Baptiste André Bonaventure Dupont*, est nommé carillonneur à l'Abbaye St-Bertin. Il est jeune, mais il a de qui tenir, son père est carillonneur à la cathédrale Notre-Dame et son grand-père exerça la même charge à l'Abbaye de Marchiennes. C'est à cette époque qu'il note sur un carnet les mélodies qu'il préfère : ariettes, motets, contredanses, matelottes, etc … en tout plus de 350 airs, reflet de la mode musicale de cette fin de siècle.

Mais était-il uniquement organiste-carillonneur ?
La présence de nombreuses musiques de danse nous fait supposer qu'il devait pratiquer aussi un autre instrument. Peut-être le violon, comme ses aînés Joannes De Gruyters** carillonneur à Anvers et surtout Nicolas François Lecat*** carillonneur à Dunkerque. Ce dernier reçoit 36 livres pour avoir joué du violon au bal que la Confrérie de Ste-Gertrude donne en l'honneur du couronnement de son Doyen en juillet 1781. Un sieur Cat, carillonneur à Dunkerque, est d’ailleurs mentionné comme souscripteur du recueil de 100 contredanses publié en 1767, à Gand, par Daubat-St-Flour**** maître à danser de cette ville. Ces indices découverts au cours de recherches que nous avons menées, nous ont incité à revisiter ces musiques abandonnées et à les confronter à nos acquis musicaux pour en révéler d'autres saveurs. Pour la préparation de ce concert, nous avons puisé dans les répertoires régionaux de carillonneurs : Dupont bien sûr mais aussi De Gruyters, ainsi que dans les compositions du maître à danser Daubat St-Flour. Nous avons retenu les mélodies sur les critères suivants :


• La danse : préférence est donnée aux contredanses et aux airs à sonorité "populaire" (absence de modulation et autres traits caractéristiques de la musique dite savante)

• Les instruments du groupe : les cornemuses et la vielle à roue nous imposent de choisir des airs supportant la présence d'un bourdon et ayant un ambitus relativement réduit, le tout dans une tonalité qui leur convient.
L'étape suivante, l'interprétation, n'obéit pas à des règles aussi précises mais au "feeling" (résultat d'une expérience acquise) des musiciens, chacun y amenant sa sensibilité en fonction de sa formation et de ses affinités musicales.
* Jean-Baptiste André Bonaventure Dupont
Né à St-Omer en 1765. Fils d’Aldébalde Dupont (1741-1808) carillonneur à la cathédrale Notre-Dame de St-Omer. Il fut carillonneur et organiste à l’abbaye St-Bertin vers 1780. Il a laissé un recueil manuscrit de plus de 350 mélodies.
** Joannes De Gruyters
Né à Ypres en 1709, il devient carillonneur à la cathédrale Notre-Dame d’Anvers en 1740. On possède de lui un recueil manuscrit de 194 mélodies daté de 1746.
*** Nicolas François Lecat
Né à Dunkerque en 1727, il fut d'abord horlogeur au beffroi puis carillonneur à l'église St Éloi. Il est le fils de François Baudouin Lecat, carillonneur et cabaretier (décédé à Dunkerque en 1775).
**** Robert Daubat St Flour
Né à St Flour (France) en 1714. Maître à danser à Gand de 1752 à 1782, il publia un recueil de 100 contredanses en 1767.


Le concert donné au musée des Beaux-Arts de Dunkerque le 21 novembre 1998


01 Johannes De Gruyters : Menuet n° 70
02 Johannes De Gruyters : Contredanse n° 39
05 J.-B. A. B. Dupont : L'anglaise
06 Robert Daubat Saint-Flour : La Thérèse
09 Robert Daubat Saint-Flour : Le Tambour Anglais
11 Johannes De Gruyters : La marche des Béguines
12 Robert Daubat Saint-Flour : L'évaporée
14 J.-B. A. B. Dupont : Le polisson
15 Johannes De Gruyters : Bourrée n° 159
17 J.-B. A. B. Dupont : La Babet
18 J.-B. A. B. Dupont : Matelotte
20 Matelotte de Wandembrille

Daniel Boulogne : viole de gambe
Christian Declerck : violon, alto, recherches et commentaires
Patrice Gilbert : vielles à roue, épinettes du Nord
Gérald Ryckeboer : cornemuses, cistre, bouzouki, flûte


Téléchargez ici

179 téléchargements au 1/6/1013

dimanche 18 octobre 2009

Katrien Delavier (1961-1998)

Cassette auto-production - 1989



1-An paistin fionn (hornpipe)
2-Tom Watt's jig / Bolt the door (jig)
3-The Aran boat (slow air) / The man in the house (reel)
4-Fontanella / An dro
5-Old hag you've killed me / The cliffs of Moher (jigs)
6- Shetland's reels
7-The star of County Dawn / Wheelan's jig
8-Off to California / The plains of Boyle (hornpipes)
9-Two reels
10-Dans plinn
11-Glen cottages polkas

Katrien Delavier : harpe celtique
Gérald Ryckeboer : uilleann pipes, bouzouki, guitare

C’est le premier enregistrement de Katrien fait « à la maison », elle a ensuite enregistré deux CD : Harpe irlandaise (1992) et Harpe d’Irlande (1995) et a participé en tant que harpiste au groupe Hempson pour le CD Musique ancienne irlandaise (1996).

téléchargez  ici

525 téléchargements au 1/6/1013



Discographie


Harpe irlandaise // Harpes d'Irlande // Hempson

toujours disponibles, cliquez sur les liens ci-dessus

des extraits du premier album ici




jeudi 15 octobre 2009

Larry & Barry

Ambiance des années pionnières à la MJC de Rosendael
C'était le 2 février 1974, le concert d'un duo de musiciens américains, dont on ne se souvient que des prénoms, mais qui étaient recommandés par Lionel Rocheman devenu "imprésario" entre temps.
Si vous les reconnaissez faites le savoir.

Cliquez sur les photos pour les agrandir
(archives de Nicole Périn-Dewaele et Jean-Louis Montagut)












mercredi 14 octobre 2009

Quatuor D.B.D.D.




Suite de la Fête du Tambourineur en 1984. Premier concert du Quatuor D.B.D.D. créé cette année là. Après trois concerts il prendra le nom de Quatuor Fanfare en octobre pour un concert au Festival d’Auchel.

01-Branle de Christopher Demantius
02-The Fumbler (contredanse publiée à Liège, vers 1755)
03-Genoveva
04-Polka van Elewijt
05-Anglaise (répertoire de Jean-Guillaume Houssa)

Marc Debrock : alto, violon
Dominique Binault : violoncelle, violon
Christophe Declercq : violon
Christian Declerck : violon


le Quatuor + 1 au Vierpot le 15 septembre 1984
Christian, Christophe, Marc, Jacques Leininger, Dominique


téléchargez ici (nouveau fichier dans la bonne tonalité)


104 téléchargements au 1/6/1013

Les bals folks dans le Nord, article

Pour une géographie de la musique traditionnelle dans le Nord de la France,
par Xavier Leroux.

"L’article cherche à exposer les rapports que peut entretenir la musique traditionnelle et le territoire. Prenant appui sur l’exemple du Nord de la France, il définit la musique traditionnelle comme une culture localisée notamment au travers du phénomène du bal folk avant d’en caractériser les manifestations spatiales."


la danse de l'Ours ou Beerendans (ou Beerdans)
à Saint Jans Cappel vers 1980

Un article paru dans le Bulletin n° 49 de la Société Géographique de Liège en 2007

l'article en PDF est ici
 nouveau site et nouveau lien


mardi 13 octobre 2009

3 pieds 6 pouces

3 pieds 6 pouces – Au bois d’amour - 1986
VTA Le Tambourineur – VTA 004







01 Marguerite (Philippe Prieur)
02 Scottish de la Part Dieu (Eric Montbel)
03 Peter Barna
04 Bourrée à Gaston Pommier
05 De Boer
06 Isabelle (Michel Lebreton)
07 Tout en revenant de Paris/Que la grive aime le raisin
08 La Piémontaise (Philippe Prieur)
09 Meiplantig
10 Mazurka de Péchadre
11 Berceuse

Claude Debrock : cornemuse 16 pouces
Marc Debrock : cornemuse 16 pouces, chant
Michel Lebreton : cornemuse 16 et 20 pouces, synthèse sonore

Les cornemuses sont de Rémi Dubois (16 pouces) et Bernard Blanc (20 pouces)

Téléchargez  ici

486 téléchargements au 1/6/1013


lundi 12 octobre 2009

La hotte du colporteur

La hotte du colporteur à Calais




Le colporteur de Fréquence Nord avait posé sa hotte à l’école de musique de Calais le 6 janvier 1980 pour présenter un série de quatre stages d’initiation à la musique traditionnelle organisés à Boulogne-sur-Mer, Calais, St-Omer et Dunkerque

Catherine Claeys, la colporteuse, est en compagnie de :
Par ordre d’apparition à l’antenne

Michel Lebreton (formateur)
Toujours fidèle à l'E.N.M. de Calais

Patrice Gilbert (stagiaire, puis formateur)
Depuis professeur à l’asso Cric-Crac & Cie

Christophe Duchêne (co-organisateur)
Alors directeur du centre de formation musicale pour adultes

Guy Vandeneeckhoutte (stagiaire)
Maintenant directeur de MJC

Bertrand Buirette (stagiaire)
Actuellement joue du violon en Normandie

Fabienne Kotlarczik (formatrice)
Perdue de vue, serait dans la région lyonnaise

Jean Legrand (co-organisateur)
Alors directeur de la MJC de Rosendael à Dunkerque

Christian Declerck (formateur)


1-début (Brunette allons gai*)
2-entretien M Lebreton
3-entretien P Gilbert
4-entretien C Duchène
5-entretien G Vandeneeckhoutte
6-entretien B Buirette
7-C'est à Moeuvres ou par delà*
8-entretien F Kotlarczik
9-entretien J Legrand
10-Capitaine Bart, duo de vieille
11-entretien C Declerck
12-intervention Michel L.
13-intervention Fabienne K.
14-intervention Michel L.
15-Maniotte
16-entretien M Lebreton
17-Maclotte de J G Houssa
18-entretien C Duchène
19-entretien P Gilbert
20-entretien G Vandeneeckhoutte
21-Les p'tits saint-Pierre
22-entretien M Lebreton
23-entretien J Legrand
24-entretien M Lebreton
25-intervention Fabienne K.
26-Elève-toi donc belle*
27-entretien M Lebreton
28-entretien B Buirette
29-Carnaval + fin

téléchargez ici

écoutez C’est à Moeuvres ou par delà* par Fabienne Kotlarczik


80 téléchargements au 1/6/1013

*publié dans le recueil de Chants et chansons populaires du Cambrésis de A. Durieux en 1868



dimanche 11 octobre 2009

Chants des pêcheurs à la morue

Michel Colleu & Maryse Collache
Les airs de la mer
Conférence/concert à bord du Duchesse-Anne



C'était le 17 novembre 2006, à bord du trois mats Duchesse-Anne, amarré à Dunkerque. Michel Colleu nous présente les chansons des marins qui partaient à la pêche à la morue, à Islande et à Terre Neuve, qu'il a collectées à Fécamp, Granville et Saint-Malo. Il se limite aux chansons francophone, car précise-t-il "il n'est pas bretonnant".
Maryse Collache (alias Marieke) chante les chansons en flamands collectées par Edmond de Coussemaker et par elle même.

Deux interprétations, deux styles très... différents

« Michel Colleu a notamment rencontré Auguste Van De Zande, cap-hornier dunkerquois en retraite à Concarneau et commence sa conférence par un chant qui a résonné sur les quais de Dunkerque. Il nous fait même entendre le collectage initial. Un régal... » (Jean Jacques Révillion)


Les couinements qui parsèment l'enregistrement proviennent du bateau qui tire sur ses amarres et frotte contre le quai.
Vous fermez les yeux et vous y êtes ;-)

2-le capitaine Van De Zande
3-as-tu connu le Minérau
5-l'absence
7-collectage
8-Depuis cinq heures que nous marchons
10-Départ pour islande
11-chanson à virer au guindeau
13-chant à hisser main sur main
15-Les babordais
17-prière à la morue
19-Cantique pour les pêcheurs d'Islande
21-Sur le grand banc
23-Chants à curer les rins
25-Ali alo
27-Chants de halage
29-Chants à boire
31-Crevettes chaudes
34-Donne un zo
36-C'est moi le commandant Bourdais

Téléchargez  ici
Nouveau fichier nettoyé des pics de saturation et plagé correctement


écoutez un extrait


448 téléchargements au 1/6/1013

vendredi 9 octobre 2009

La Cour des Miracles




Dominique Pfinder : guitares accoustique et électrique, accordéon, mandoline, harmonica, chant
Chantal Lebecq : flûte traversière, hautbois et chant
Jean-Marc Thuillier : guitare, mandoline, accordéon, violon, basse accoustique, chant
Xavier Lacouture : guitare, mandoline, chant

Myspace

le site

Naissance du groupe : Automne 1972 Presque 36 ans d’existence, en pro pendant les années 70, en veilleuse pendant les années 80 et en semi pro après. De nombreux concerts à travers toute la France et un peu plus…
Deux 33tours : « L’épi de soil » (Discoval-1977), « Mis en bouteille à la maison » (1980) Quatre CD : « Kerellot » (1996), « Poussière dans l’œil » (1998), « Lille Blues » (2000) et « Chandos » (2006). Participations sélectives : « Jam au nouveau carré » (33tours-Discoval-1976), « Géo-Nord » (Cd-BMG-Sony-2000), « Hommage à Raoul » (Véronne-2000) Pour définir la musique, on peut parler de « Folk ». Les compositions sont personnelles, toutes puisées dans le vécu et l’univers poétique de Dominique.

Ont picoré dans cette cour depuis le début jusqu’à maintenant :
Jean-Marc Thuillier : guitares, mandoline, violon, accordéon
Xavier Lacouture : guitares, accordéon, mandoline, dulcimer
Philippe Deschepper : guitares, bouzouki, banjo, basse acoustique
André Dierick : basse électrique
Jean Paul Dierick : claviers
Robert Piessens : guitares
Michel Bresou : guitares
Francois Borne : basse, dulcimer, guitare
Emmanuel Leguy : basse, guitare, dulcimer
Babette Foucaut : violoncelle
Guillaume Jansen : accordéon diatonique
Manuel Paris : guitares
Nils Étienne: guitares

nouveau disque ! chez Bémol Production


mercredi 7 octobre 2009

collectage à Calais

Cris et chansons du Courgain maritime
Disque 33t 25 cm accompagnant le catalogue de l’exposition
Réalisation : Westhoek édition
Edition : Musée de Calais 1980




« Le travail entrepris par Pierrette Grignan et Fabienne Kotlarczik témoigne des surprises d’un collectage musical et tout d’abord de l’hétérogénéité du répertoire. Beaucoup de pièces qui apparaissent aux usagers comme spécifiques de leur folklore sont en fait empruntées à d’autres sources qui vont de l’air d’opérette aux chansons des carnavals de Tourcoing ou de Dunkerque. Ensuite, on ne peut que noter le caractère contemporain de cette tradition musicale : pour l’essentiel il n’est guère possible de remonter au delà de la fin du XIXe siècle. On trouve enfin peu de chansons relevant d’une tradition orale : la plupart sont des chansons savantes écrites par des professionnels qui reprennent la convention d’un langage populaire (Mamzelle c’est positif… c’est pour le bon motif…) ou encore les formes de la complainte (le Pluviôse).
Au nombre des créations spontanées, on pourra mettre les quelques mesures de l’Ducasse du Courgain qui traduit ce parti pris de singularité qui marque à partir de 1900 les fêtes du Courgain et la Retraite aux Flambeaux où l’on retrouve comme dans les chansons de carnaval cette inversion des valeurs et cette levée des interdits.[…] »


01-Cris des poissons et des pâtés chauds
02-Les surnoms du Courgain
03-La belle poissonnière
04-Les bruits des métiers
05-Le Pluviôse
06-La ducasse
07-La marche du Courgain
08-La retraite aux flambeaux

Lien
Collectage : Pierrette Grignan et Fabienne Fotlarczik

Téléchargez  ici
Ecoutez un extrait


105 téléchargements au 1/6/1013

En réécoutant ce disque que je possède depuis longtemps, j’ai fait le lien avec une chanson qu’Eugène Gervais (1879-1939), le chansonnier dunkerquois, avait écrite au moment de la catastrophe (autre lien). Il s’agit bien de la même chanson, on remarquera quelques différences dans le texte et la perte de deux vers du couplet.



La catastrophe du Pluviôse
complainte

air : ell' n'était pas jolie

1er couplet
La mer est belle et le sous-marin plonge
Sous les flots bleus le voilà disparu
L'humanité réalise un beau songe
Fouille les mers ce domaine inconnu
Le soleil brille et la rade est en fête :
Partez, partez ô vaillants matelots
Sur les jetées à Calais on s'apprête
A vous revoir, marins jeunes et beaux

Refrain
Dans la mer perfide et jolie, jolie
Tel un frêle jouet
Le Pluviôse a plongé
Très léger
Et dans ses flancs d'acier bourdonn' chante la vie
Oh ! que la mer est perfide et jolie

2e couplet
Tel un dormeur qui s'éveille d'un rêve
Le sous marin remonte lentement
On est joyeux car la plongée fut brève
Et l'commandant, paraît-il est content
Soudain un choc, un craquement horrible …
Le sous-marin s'enfonce dans les flots…
Il coule à pic … La mort est terrible …
Ses doigts osseux étranglent sous les eaux.

refrain
Dans la mer perfide et jolie, jolie
Tel un frêle jouet
Le Pluviôse a coulé
A sombré
Et dans ses flancs d'aciers … des râles d'agonie …
On meurt … Mon Dieu ! que la mer est jolie

3e couplet
La France en deuil rend un suprême hommage
A ses marins morts, tombés en héros
Et l'Univers célèbre leur courage
Couvrons de fleurs, de lauriers leurs tombeaux
Si le pays en un jour de détresse
Avait besoin des gas au cœur vaillant
Tous sur le pont nos cols bleus sans faiblesse
Sauraient mourir, sans broncher, fièrement

refrain
Dans la mer perfide et jolie, jolie
Le Pluviôse a bougé
Il est là près du quai
Echoué
Près du cercueil d'acier on pleur' sanglote et prie
Salut aux morts tombés pour la patrie !

Dunkerque, 5 juin 1910
Eugène GERVAIS

Parue dans Le Nord Maritime le 9 juin 1910



lundi 5 octobre 2009

Quatuor Fanfare

Quatuor Fanfare – Le point du jour – 1986
VTA - Le Tambourineur, VTA 03


Le Quatuor Fanfare n'est pas un ensemble de musique de chambre. Ce quatuor est un orchestre de quatre violoneux nés au pays des fanfares, qui jouent des musiques à plusieurs voix sur les seize cordes de leurs violons petits et grands, des musiques à plusieurs voies entre musique des violoneux de Wallonie, chansons et airs des fanfares des Flandres, danses de la Renaissance et contredanses populaires d'ici et outre-Manche.


01 Polka van Elewijt (traditionnel)
02 Maclote de Joseph Jamin/Arthur Darley's jig (sources Joseph Jamain et J Docherty)
03 Genoveva (source E de Coussemaker)
04 Neige (Marc Debrock)
05 Trip to Paris (source John Playford
06 Eternel retour (Christophe Declercq)
07 Branle (Christopher Demantius)
08 Ma mère, ma très chère mère (source Cléophée Boulanger*)
09 Varsovienne de Rixensart (traditionnel)
10 Die post (T. Susato) /Branle simple (C. Gervaise) /Branle gay (P. Attaignant)
11 Le point du jour (source journal l'Echo de Liège)

Christophe Declercq † : violon
Dominique Debrock-Binauld : violoncelle, chant
Marc Debrock : alto, chant
Jacques Leininger : violon, alto

Téléchargez  ici
306 téléchargements au 1/6/2013




* Evelyne Girardon nous a transmis l'origine de cette chanson qui a été publiée initialement dans le 33T Chant du Monde LDX 74759 "Chansons et Musiques traditionnelles du Québec", Anthologie Vol. VII, 1983 : Cette chanson a été recueillie en Beauce (Québec) en juillet 1970 par John Wright et Catherine Perrier. Belle version de "Sur l'pont du Nord", chanson en laisse devenue chez nous rengaine enfantine. Au Québec, elle est restée sérieuse et "morale", l'interdiction de la danse par l'Eglise ayant tout son poids, d'où nombre de complaintes où les tourments de l'enfer attendent les danseurs […]. Cléophée BOULANGER est née le 10 avril 1894 à Saint Romain, de Guillaume CORRIVEAU et Delvina FONTAINE. Elle est morte le 21 juillet 1973. Elle avait eu dix-huit enfants. Elle tenait ses chansons de ses parents et principalement de son père. Elle chantait pour ses enfants, le soir surtout, et au temps des fêtes (l'hiver) autour du poêle à bois. (note de Catherine Perrier)

dimanche 4 octobre 2009

Chantefoire



Suite de la fête du Tambourineur d'avril 1984
Cette année là le groupe Chantefoire est composé de :

Patrick Delaval : accordéon diatonique, violon, vièle, cistre
Gaby Delassus : violon, chant
Daniel Oger : banjos, guitares, violon, percussions
Bernard Boulanger : cornemuses, flûtes

infos données par Gaby :
1. Mathieu (de Daniel Oger) + "Le Guignolot de St-Lazo"
(que j'ai appris de mon ami luthiste Jean David)
2. "La méchante mère" suivie du "Quadrille de Banneix"
3. Rondeau de Gascogne + complainte (centre France)
+ Quadrille de Giorgiana Audet

téléchargez  ici

écoutez le début


109 téléchargements au 1/6/1013

John Kirkpatrick



Dernier concert enregistré au Folk Club De Zon le 23 mars 1979.

Sur le programme il est dit accompagné de Sue Harris, mais à l'écoute je doute qu'elle soit présente et mes souvenirs ne sont plus très vifs.

téléchargez  ici

346 téléchargements au 1/6/1013

vendredi 2 octobre 2009

1973 : le premier festival folk dans la région



En octobre 1972 l’arrivée du nouveau directeur de la MJC de Rosendael, Jean Peiffer, donne l'opportunité à Jean-Louis Montagut, d’organiser le premier festival folk de la région. Pour trouver des groupes les deux compères se déplacent au Festival d’Aubervilliers et Jean-Louis reprend contact avec Lionel Rocheman qu’il avait connu au Hootenanny à Paris. Il propose à Joel Lequette, responsable du folk Club de l’Ecole des Arts et Métiers à Lille, de profiter de la présence des musiciens pour les faire passer chez lui, il accepte avec enthousiasme.
Le festival a lieu du 19 mai au 2 juin, Lionel Rocheman y amène toute sa bande : Maren Berg, Tran Quang Hai, le groupe Scalawag, indisponible, est remplacé par le Crazy Dogs Band (groupe bluegrass avec Laurent Vercambre), Lamine Conté et sa kora, Dick Annegarn, Marcel Dadi, le groupe Grand-mère Funibus prévu initialement ne viendra pas, les musiciens venant de se séparer. S’y ajoute le groupe Rum "découvert" par Jean-Louis (et Jean Peiffer) à Aubervilliers et le Croquignol String Band d'Alain Beaussant (le futur co-responsable de Folk Song International). Bref ce qui se faisait de mieux à ce moment là débarque à Dunkerque.

Les concerts ont lieu dans les différentes MJC de l’agglomération à Dunkerque, Malo, Rosendael et Grande-Synthe et le Festival se termine par un "gala", comme on disait, à la salle Romain Rolland de Saint-Pol-sur-Mer qui est enregistré par l'ORTF et diffusé par la télévision régionale (voir les extraits au bas de la page).
Ce fut un début de succès bien que les salles étaient petites, l'engouement déclenché se poursuivra par l'organisation de concerts réguliers à la MJC de Rosendael qui deviendra un des piliers de l'animation folk dans l'agglomération dunkerquoise.




cliquez sur les photos pour les agrandir
(archives de Jean-Louis Montagut)

Des extrait du concert de Dick Annegarn et Marcel Dadi à la salle Romain Rolland de Saint-Pol-sur-Mer


générique


présentation Dick (Albertus) Annegarn


Bébé éléphant


Hésitation blues


L’orage


Traveling through



rencontre


Letter from Abi, [not for]


entretien Dadi



my old friend Pat


Les cuillères de Tran Quang Hai



d’autres vidéos folk de joueurdeflutiau sur YouTube



j'ajoute ces deux bijoux d'archives de l'INA :


En juillet de la même année Dick passe dans l'émission Pop2


présenté, à la fin (ne pas rater), par Patrice Blanc-Francard



et en 1972 au Petit Conservatoire avec Mireille, sa toute première télé sans doute.




Déjà en 1976...

Le "Folk" n'avait pas dix ans qu'un hurluberlu précoce s'inquiétait déjà de la disparition de ses fragiles traces.
"Sûr qu'il existe des trésors enfouis au fin fond des terriers des 'tits lapins du Folk : Bouts de ruban magnétique roulés en pelote, fourrés dans des boites à ouvrage, cassettes serrées précieusement entre deux pots à confiture, butins enregistrés à la diable lors d'un bal ou d'une veillée, la plupart s'ensommeillent condamnés à mourir d'oubli. Et je ris en pensant que bien plus tard, quand il entreprendra d'écrire l'histoire du Folk, un autre flippé s'acharnera à assembler le puzzle, tachant de combler les vides mystérieux, les incompréhensions et autres anomalies discographiques qui envahiront ses nuits et grignoteront son sommeil [...]"

Gérard Dôle le 16 avril 1976