samedi 24 avril 2010

De Belges histoires

Ronny Coutteure – De Belges Histoires – ~ 1980




Retransmission du spectacle, créé en 1978, sur la radio locale Fréquence Nord.

Dans un premier temps je l'avais posté sur mon autre blog mais Ronny est certainement le premier à avoir utilisé la cornemuse flamande dans un spectacle, ce qui peut justifier sa présence ici, et le solo d'Albert est un moment d'anthologie ;-)
Je n’ai pas la date précise de la diffusion et les titres sont de moi.


01-Le premier flamand
02-L'enterrement
03-La procession
04-Les flamands
05-Les flaminguants
06-Les flippers
07-L'enfant du malheur
08-Comment ça se dit en français ?
09-Solo d'Albert
10-La trappiste
11-Le marchand de frites
12-Kreempaktjes

à la cornemuse flamande et à l’accordéon : Albert, alias Bertrand Jarrigeon

téléchargez ici



218 téléchargements au 1/6/1013

samedi 17 avril 2010

Musique de kiosque

Orchestre champêtre 1900





« La véritable musique française de kiosque »
Enregistré en juillet 1985 à Houdain (Pas-de-Calais)


Pas très folk me direz-vous, certes, et même pas très trad non plus. J’ai hésité à mettre ce disque dans ce blog, mais il est assez représentatif d’une pratique très répandue dans notre région. De plus les musiciens sont excellents et originaires de la région, l’interprétation respecte la danse, ce qui est rare, surtout à l’époque.
Cette musique était aussi interprétée au XIXe siècle par les musiciens populaires, pas en grand orchestre bien sûr, mais souvent en petite formation de 4 ou 5 musiciens ou moins.

 Orchestre d'estaminet, lieu et date inconnus


Et dernier argument, vu le rayonnement international de ce blog, je crois que c’est important de faire connaître cet aspect de notre culture populaire régionale auprès des lecteurs fidèles d’Australie, du Brésil, de Corée, du Japon et des U.S.A., entre autres, qui visitent ces pages.



01-Mimi Pinson, mazurka (Gabriel Allier)
02-Myrto, polka (Alexandre - Sylvain Petit)
03-Perruche et perroquet, scottish (A. Corbin)
04-Angelina et Arin-arin, fandango (Charles Garcia)
05-Courte et bonne, polka (Gabriel Allier)
06-Une idylle, caprice-mazurka (Edmond Avond)
07-Le corso blanc, polka-marche (Heinrich Tellam)
08-Douce gaité, valse (Félix Minet)
09-Les mains de femme, polka-marche (D. Berniaux – R. Gaudon)


les musiciens
Jean-Pierre Josien : flûte
Michel Corenflos, Philippe Haquette, Danniel Gredzinski : clarinette
Yves Tanguy : saxophone alto
Alain Pereira : saxophone ténor
Patrick Normand : basson
Mauro Maur, Patrick Lempierre, Alain Baert : trompette
Denis Simandy, Paul Willerval : cor
Claude Vandamme : trombone
Patrick Salmon : tuba baryton
Christian Leleu : tuba basse
Philippe Bourge : percussions
Jean-Jacques Roussel : direction


Téléchargez ici

écoutez un extrait de Mimi Pinson



190 téléchargements au 1/6/1013

Katrien Delavier - Hempson

Denis Hempson



Un autre entretien fait au début des années 1990 à propos de la genèse du groupe Hempson. Ce groupe a été créé à l’initiative de Rachelle Delahaye (Riouah) pour une commande d’un centre culturel de la région parisienne.
Le répertoire choisi est en majorité basé sur le collectage d’Edward Bunting réalisé lors du festival de Belfast en 1792, ce musicien avait noté tous les airs interprétés et particulièrement (avec l’accompagnement original) ceux joués par Denis Hempson, ou Hampson (1695-1807), dernier harpiste défenseur de la tradition de la harpe ancienne à cordes métalliques.
Elle évoque aussi les difficultés du jeu en groupe pour des musiciens qui ne se connaissent pas.









dimanche 11 avril 2010

À propos d’Islande




C’est le thème d’une veillée diffusée sur Fréquence Nord le 8 mars 1987

Catherine Claeys avait invité :
- Laurence Le Cieux, conservatrice du musée des Beaux Arts de Dunkerque, à propos d’une exposition sur la pêche à Islande
- Christian Pfister, historien et conservateur du Musée de la Vie et des Traditions Portuaire de Dunkerque
- Fursy Verdoy, armateur à Gravelines
- Les familles de Gaston Marteel, Lucienne Verschaeve et Emile Becuwe
- Arthur Van Hecke, peintre
- Annie Byache, institutrice à Saint-Pol-sur-Mer
- André Rouzet (dit Bart), chanteur
- Maryse Collache-Rouzet (dite Marieke), chanteuse et présidente de Het Reuzekoor
- Gino Kovacs, auteur compositeur interprète
- Casilda Rodriguez, accordéoniste de concert

01-présentation
02-Reys naer Island, par Bart
03-à propos de la chanson
04-à propos de l'exposition
05-Vertrek naer Island, par Bart
06-entretien
07-Le givre sur la vitre, par Casilda Rodriguez
08-Le vent du Nord, de Kouriakov, par Casilda Rodriguez
09-entretien
10-La femme au péri en mer, paroles d’André Devinck, par Marieke
11-entretien Arthur Van Hecke, à propos du Capitaine Simon « Roland » Zoonekynd (voir plus bas)
12-Mama, par Gino Kovacs
13-Entretien
14-Les loups de Mer, par Gino Kovacs
15-Lucienne Verschaeve
16-Les babordais, chanson d’Islandais par Emile Bécuwe
17-Lucienne Verschaeve
18-Annie Byache
19-La reine de la mer, par les enfant de l’école de St-Pol-sur-Mer et Marieke
20-Les enfants
21-met ton p'tit cul sur la glace, par les enfant de l’école de St-Pol-sur-Mer et Marieke
22-Casilda Rodriguez
23-annonce
24-Le petit clown qui joue de l'accordéon par Casilda Rodriguez
25-annonce
26-la marche d'un petit soldat de bois par Casilda Rodriguez
27-Casilda Rodriguez
28-Laurence Le Cieux - La bande des pêcheurs
29-Marceline Marteel - chants du carnaval en flamand
30-Commentaires
31-Annie Byache
32-Casilda Rodriguez
33-Christian Pfister
34-Marieke
35-Le tango de l'air du temps, paroles de Jean-Marie Byache par Marieke
36-Fursy Verdoy
37-Lucienne Verschaeve
38-Cantique des pêcheurs d'Islande de Zuydcoote, par Lucienne Verschaeve
39-commentaires
40-Laurence Le Cieux
41-Gino Kovaks
42-Au nom du vent, par Gino Kovacs
43-Casilda Rodriguez
44-fin


téléchargez ici

132 téléchargements au 1/6/1013



Le musée de Gravelines a acheté en 2010 le tableau d'Arthur Van Hecke "La mort du Capitaine Simon". Il sera exposé cet été jusqu'au 12 octobre 2011 dans une rétrospective exceptionnelle de l'œuvre de l'artiste roubaisien, au Musée de l'Estampe ; un important catalogue complète cette superbe exposition.


Le conservateur du musée Paul Ripoche et le Maire de Gravelines
entourent Lucette Van Hecke au vernissage de l'expo : Van Hecke, ici, chez lui

lundi 5 avril 2010

Dudy Poznanskie



Boleslaw Novak - Wesele Polskie

01-Wesele polskie (dokosciota)
02-Wesele polskie (od kosciota)
03-Kakalinka
04-Hej nasze dudy


Ce 45 tours est sorti en février 1961, c’est la seule production des Polonais du Nord-Pas-de-Calais qui contient un enregistrement de joueur de cornemuse polonaise, la dudy. Cette information est extraite du livre Francis Dudzinski Ballade musicale dans la communauté polonaise du Nord Pas-de-Calais , et le musicien serait Drozinski de Bruay-en-Artois. Cette affirmation est contredite dans le commentaire ci-dessous, il s'agirait de Joseph Malyga.


Téléchargez ici

144 téléchargements au 1/6/1013

La qualité du repiquage est très mauvaise, mais en cherchant sur la toile vous allez peut-être en trouver un exemplaire en meilleur état.


Il y a un autre enregistrement de dudy dans les collectages publiés par l’association Traces qui se trouve ici


De nombreux joueurs de cornemuses polonais étaient actifs dans le bassin minier, Patrick Delaval a fait des recherches sur ce sujet au début des années 1980, le résultat a été déposé à la bibliothèque de l’association « Domaines Musique » à Lille.
Voici les noms de joueurs de cornemuse qu’il a retrouvés : Dudziak (Auchy-les-Mines), Wojciekowki (Avion), Skowronski, Szczypura et Galewski (Barlin), Malecki (Béthune), Rapioch (Bully-les-Mines), Sekula et Wojdowski (Calonne-Ricouart), Marcinkowski et Gesdwa (Divion), Figurski (Houdain), Kozlowski et Krzyzaniak (Lens), Krszeczinski (Libercourt), Lewandowicz (Liévin), Zietek (Maisnil-les-Ruitz), Roszak et Bolek (Marles-les-Mines), Majchrzak (Nœux-les-Mines), Klopocki (Oignies)





Adalbert et Valentin Klopocki




Ignace Krczezinski à droite







En novembre 1993, dans la revue de l’association Traces, Patrick Delaval écrit :
" En septembre dernier, à la braderie de Lille, Jean-Jacques Révilllion a découvert une cornemuse polonaise. Elle est de type Dudy Poznanskie (région de Poznan), ce qui porte à six le nombre d’instruments de ce type retrouvés dans la région depuis 1983. Rappelons que ces cornemuses furent jouées (et souvent même fabriquées) à partir des années 1920 par les Polonais du bassin minier du Nord Pas-de-Calais. Les derniers en jouaient encore en 1972.

photo et collection JJ Révillion

Les recherches commencées il y a maintenant pile dix ans ont permis de retrouver des Dudy certes, mais aussi de nombreux témoignages, des photographies, de rarissimes enregistrements, cartes postales, disque…
Une bourse du Ministère de la culture a favorisé la réalisation d’un dossier sur le sujet. Achevé en décembre 1986, ce texte de 140 pages, abondamment illustré et accompagné d’une cassette audio, a besoin d’être mis à jour et corrigé en fonction des remarques formulées par tous ceux qui ont pu en consulter une copie. Après quoi, peut-être sera-t-il un jour publié, qui sait…
En attendant, Francis Dudzinski a eu besoin d’informations sur cette tradition pour son livre « Ballade musicale dans la communauté polonaise du Nord Pas-de-Calais ». Vous y trouverez donc quelques illustrations aux pages 25, 27, 67 et 68, ainsi que du texte ; mais la découverte de Jean-Jacques est pour moi l’occasion de préciser que les textes qui accompagnent mes documents ont été quelque peu, disons, « remaniés » et pâtissent désormais de certaines erreurs dont je ne suis en aucun cas responsable, n’ayant pas été contacté avant la parution.
Alors à toute fin utile pour ceux qui ont ce livre, je n’ai jamais dit « Le Nord Pas-de-Calais va alors compter deux types de joueurs de cornemuse : les Polonais et les Flamands, enfin jusqu’aux années 70 » (page 25) ? Jamais je ne me serai permis de confondre survivance et résurgence. Autre bourde (même page) : « Le violon est alors accordé spécialement pour le Dudy – un octave au dessus, mais il est vrai qu’à l’époque, les cordes en boyau, bien plus souples, se prêtaient bien à cela… »
Les lecteurs violonistes ont dû éclater de rire, mais ça m’ennuierait qu’ils le fassent à mes dépens.
Page 27, la légende de la photo de gauche indique « corde pincée ». Cela ne veut strictement rien dire. La véritable vérité vraie la voici : la position haute de la main gauche sur le manche du violon s’explique par la présence d’un capodastre de fortune, morceau de ficelle ou autre noué autour du manche, au niveau du talon (voir illustration du tableau de G. Gala).




Cet aménagement permet de jouer une quinte au dessus de l’accord habituel du violon sans devoir utiliser la 5e position. Le violoniste jouait alors dans une tonalité située une octave au dessus de ces cornemuses, qui montaient en SI. Au niveau du nœud, les cordes étaient séparées de la touche par un crin de balai (ou autre) faisant office de sillet.
Ce bidouillage génial n’est pas nécessaire pour les grande Koziol du Lubuska (région de Pologne située entre Poznan et Berlin) ni pour les grandes Duda tchèques, qui sonnent en MI, soit une quinte plus bas. Par contre, Joseph Rezny le signale dans le sud/sud-ouest de la Bohême, en accompagnement des petites Dudky gonflées à la bouche.
Voilà pour cette petite mise au point. Ceci dit le bouquin de F. Dudzinski n’est pas mal du tout "

*****

J’ajoute une information, en chinant du côté de Harnes (Pas-de-Calais) en octobre 1996 j’ai trouvé sur l’étal d’un marché aux puces, un chalumeau de cornemuse dont voici la photo.



La vendeuse m’a dit qu’il avait appartenu à son grand-père un nommé Rokicki, mort en 1941 dans la région de Harnes, elle n’en savait pas plus, sinon que cet objet a longtemps été exposé sur la cheminée de la maison familiale. Grace au livre d’Alexandre Buchner, Les instruments de musique populaires (Gründ, 1969), j’ai pu identifier une cornemuse polonaise dite « de berger », sans bourdon, appelée sieseñki.







jeudi 1 avril 2010

La Mine, Cris et Chants



Ce disque produit par la Fédération Nationale des Travailleurs du Sous-sol (CGT) contient quelques chansons originaires de la région Nord-Pas-de-Calais : La Carmagnole des mineurs, A l’ombre des terrils dont les auteurs sont bien identifiés et M’tiote lampiste écrite autour de 1900 et dont l’auteur est resté anonyme.

Enregistré en public à Noyelles-sous-Lens le 21/10/1979, Merlebach le 28/10/1979, La Ricamarie le 12/1/1980, La Grand Combe le 13/1/1980 et à Saint-Vallier le 10/2/1980


01-Descente de la cage
02-En avant les gueules noires (Saint-Etienne, 1948)
    paroles et musique : Gabriel Maritan
03-La Ricamarie (Saint-Etienne, 1869)
    Rémi Doutre/Maurice Galland
04-La carmagnole des mineurs (Dorignies, 1884)
    François Lefebvre
05-Complainte des femmes de la mine (Ronchamps, 1954)
    Marcel Maulini
06-Poumons de pierre (Faulquemont, 1974)
    Pol Echevin/Christiane Oriol
07-La complainte du brûlé (La Ricamarie, 1972)
    Collectif Théâtre Go
08-Le chant des mineurs (1896)
    Clovis Hugues/Pierre Forest
09-Chant de la grève de Trieux (Trieux, 1963)
    écrit par les grévistes
10-A l'ombre des terrils (Nœux-les-Mines, 1977)
    Charles Bruchet/Christiane Oriol
11-M'tiote lampiste (Haisnes, XIXe)
    tradition populaire
12-Seize tonnes (USA, 1946 ou 1930)
    Merle Travis (ou Georges Davis)/Jacques Larue
13-Salut à vous, mineurs de France (Saint-Etienne, 1948)
    Gabriel Maritan
14-Honneur à toi mineur (La Grand’ Combe, 1941)
    Auguste Gibert/Joseph Naro
15-Lulu, à la Grande Combe
16-La taille automatique

Christiane Oriol : chant, guitare
Gabriel Maritan : chant
Hubert Mercier : chant

Edmond Tanière : accordéon
Charles Tanière : batterie
Ralph Talez : guitare

Le groupe Hot Choz :
Michel Surgot : accordéon, guitare basse
Dédé Cayot : guitare électrique, guitare basse
Bernard Chambard : batterie

M’tiote lampiste


Téléchargez ici
le fichier n°6 est ici

340 téléchargements au 1/6/1013