samedi 14 septembre 2013

L'épinette du Nord





l'épinette Coupleux de la collection de Jean-François Dutertre

Jean-François Dutertre a joué un rôle majeur dans l’épopée du revival folk en France, avec une poignée d’autres qui ont créé le Folk Club « Le Bourdon »  à Paris en 1969  avec, entre autres, Catherine Perrier, John Wright décédé le 4 septembre 2013, etc…
En 1974, dans la série « spécial instrumental », il sortait un premier disque chez le Chant du Monde   dédié à l’épinette des Vosges, où il faisait montre de ses talents d’instrumentiste et de chanteur, et développait une technique personnelle, au noteur et plectre (comme dans la tradition qu’il a recueillie auprès des derniers joueurs vosgiens), mais aussi aux doigts et en arpèges.
Ce disque a été à l’origine d’une redécouverte et d’un engouement pour l’épinette des Vosges un peu partout en France, et dans notre région du Nord-Pas de Calais.





Sur la couverture de la pochette, en photo, J.-F. Dutertre en action avec un instrument spécialement construit pour lui, et une photo d’une épinette ancienne*, double caisse, décrite comme « épinette du Val d’Ajol à la forme peu courante ».
Sauf que cette épinette compte sept cordes (l’épinette des Vosges en compte cinq), et que nous avons vu la même, dans les années 70, entre les mains d’un vieux monsieur de Fives-Lille, Albert Bulques, découvert par Michel Lebreton dont les parents tenaient un bistrot dans le quartier. M. Bulques fut l’un des points de départ de nos recherches sur l’épinette qu’on n’osait pas encore appeler « du Nord ». Et il prétendait s’être procuré l’instrument dans la région.

Michel Lebreton et Albert Bulques

Depuis, cet instrument (dont six exemplaires sont connus) a été clairement identifié comme étant fabriqué par la maison Coupleux, rue Carnot à Tourcoing, de par la ressemblance avec des instruments à simple caisse qui avaient conservé l’identification d’origine (bande de papier imprimée sous les frettes).
La preuve formelle fut apportée par les recherches d’Olivier Carpentier sur l’Aventure industrielle des frères Coupleux 1900-1935. En 2004, lors de l’exposition au centre d’histoire locale de Tourcoing était présentée une page d’un catalogue Coupleux de 1909 où l’épinette double caisse apparaissait  auprès d’une simple caisse, et de 3 autres modèles dont aucun n’est parvenu jusqu’à nous à ce jour.

Là où l’affaire se corse, c’est quand on s’intéresse à l’instrument sur lequel joue J.-F. Dutertre sur la photo en couverture, et dont il nous dit qu’il l’a utilisée pour le disque : « je me suis mis à l’école de ces instrumentistes [vosgiens], mais peu à peu j’ai élaboré mon propre style et cherché de nouvelles possibilités à l’instrument. Pour ce faire, j’ai fait construire par Robert Rongier un modèle spécial, agrandissement d’une épinette du Val d’Ajol à la forme peu courante  [on sait par des contacts directs avec Jean François qu’il s’agit de l’épinette Coupleux] […]  Une frette supplémentaire a été rajoutée au clavier traditionnel entre la 8ème et 9ème case [comme sur les épinettes du Nord…]. Mon choix s’est porté sur un modèle à 5 cordes ».
On peut donc en conclure que le disque qui fait référence pour le renouveau de l’épinette en France a été essentiellement  réalisé que ce soit pour l’iconographie ou pour le contenu musical avec une épinette du Nord… Ca méritait d’être dit. **
Ce qui n’enlève rien au talent de Jean François Dutertre, ni au rôle qu’il a joué pour le renouveau de l’épinette (tout court …).


Jean-Jacques Révillion

* voir planche n°25, octobre 1986, pp. 41 et 43 de L’Epinette du Nord, par Patrick Delaval, Hazebrouck, 1997, qui mentionne aussi l'épinette "des Vosges" qui est dans la collection de Jean Richie, joueuse de dulcimer renommée.

** la réponse de Jean-François Dutertre est ici



The dulcimer book, Jean Ritchie, 1963





il reste quelques exemplaires de ce livre,
en vente au Centre Socio-Educatif
place Georges Degroote, 
BP 10517, 59190 Hazebouck