samedi 13 janvier 2018

La famille Magnier, 6 générations de musiciens

C'est dans un chapitre du livre de Charles Verstraete, De l'accordéon au trombone, que j'ai découvert cette famille de musiciens qui ont fait partie des quelques précurseurs (connus) de la pratique populaire de l'accordéon dans le Nord et le Pas-de-Calais, dans le dernier quart du XIXe siècle.

source : De l'accordéon au trombone


"La famille Magnier a été présente dans l'histoire de l'accordéon pendant plus d'un siècle, du Pas de Calais à la Saône et Loire (Monceau les Mines), en passant par Paris. Il furent à la fois mineurs de fond et accordéonistes.
Leur histoire extraordinaire commence 1793, le jour où naquit Jean Louis Magnier, pendant la Révolution Française. Mineur de son métier, Jean Louis découvrit l'accordéon et fit partager son plaisir à ses camarades de travail, en jouant pour eux après la remontée. Son fils Joseph, né en 1837, devient lui aussi maître porion, et, comme son père, ne vécut que pour l'accordéon.


Marceau (alias Freddy Marc), Alphonse (alias Magnier fils) Alphonse Magnier, père,
Julienne (alias Juliana), Voltaire (alias Walter Delens)
collection personnelle


Le petit fils, Alphonse, ouvre les yeux en 1875 à Liettres (Pas de Calais). Dès sa quatrième année, il se passionne pour l'accordéon et la musique en général. Sur les traces de son père et de son grand père, il descendit dans la mine à 10 ans. Mais l'accordéon le possède ; devenu virtuose vers 1900, il reprit un estaminet à Liévin, où il fit danser les "gins". Il donna des leçons, monta une société vers 1905, Les Cœurs Joyeux. Comme tous les bons accordéonistes de l'époque, il s'intéressera à l'entretien et à la réparation de son instrument ; cherchant à l'améliorer, il inventa un "sytème français", opposé au sytème italien" ; on le nommera "sytème Magnier". Fabriqué sur ses données, en Italie par la maison Borsini, puis Gallanti, et vendu sous la marque Roberti (France Accordéon), par Robert Lévi, vendeur d'accordéons à Lens, 64 rue de Lille, qui possédait aussi un magasin à Paris, 111, boulevard Beaumarchais. Cette invention lui valu le titre d'Officier d'Académie de la musique Française et, fait exceptionnel, il fut nommé Membre d'honneur de la Musique Royale Belge.
Vers 1920, il s'intalla à Paris, il enregistra chez Pathé-Marconi et fit des émissions à Radio Tour Eiffel. Il rentra à Liévin en 1927, puis en 1930, il professa à Béthune et monta plusieurs sociétés d'accordéonistes dans la région. La guerre de 1939-1945 et le décès de Lévi, interrompirent le succès des Roberti.

collection personnelle



Voltaire Magnier et son "véritable Borsini"
collection personnelle


Les enfants d'Alphonse Magnier furent également accordéonistes. L'aîné, Alphonse, né en 1904 à Liévin, qu'on retrouva à Paris, 55 rue Popincourt, professa, répara et vendit des accordéons. Voltaire Magnier, né en 1912 à Liévin fut accordéoniste, à son tour, tandis que Julienne se consacra à la batterie et au violoncelle [erreur, c'était sa sœur Alphonsine]. Alfred Marceau, 4e de la génération, né en 1917 à Monceau les Mines où ses parents étaient réfugiés, fut un virtuose. Après un retour dans le Pas de Calais, il s'installa à Barlin en 1930. En 1942, il décida de tenter sa chance à Paris, il ouvrit une école d'accordéon rue Daguerre. Ses activités dans ce domaine et les succès de son école en France et à l'étranger lui valurent, en 1975, la médaille d'argent de la ville de Paris et il fut fait chevalier des Arts et Lettres. A la 5e génération, ses fils, Marceau Magnier [alias Bébé Swing]  fut professeur d'accordéon et chef d'orchestre, installé à Ivry sur Seine et Jean Pierre fut batteur et percussioniste de Jacques Brel et de la chanteuse Rika Zaraï [qu'il a épousé], il deviendra ensuite agent artisitique. A la 6e génération, le fils de Marceau, Jean Pierre Magnier fut batteur accompagnateur de nombreuses vedettes de la chanson."

Charles Verstraete, De l'accordéon au trombone, pages 33 et 34





collection personnelle



Quelques précisions :
• C. Verstraete a certainement pu recueillir le témoignage d'Alphonse Magnier, mais j'ai quelques doutes sur la pratique de l'accordéon de l'ancêtre Jean-Louis. Avant 1860, l'accordéon était un objet de luxe, principalement joué par les femmes de la bourgeoisie. Un ouvrier mineur n'avait certainement pas les moyens de s'offrir un tel instrument, peut-être que Jean-Louis Magniez était simplement musicien routinier, violoneux probablement.
• Jean-Louis Marie Républicain Magniez est né à Réty, il est mort à Bruay en 1865. Jean Baptiste Joseph, son fils, est né à Hardinghen, il épouse Adolphine Bouvier à Liettres en 1873. Alphonse, père, est né à Liettres en 1875, décédé à Béthune en 1950, il s'est marié en 1898 à Cuincy avec Alcidie Vandeville, le couple a eu 6 enfants, dont 5 ont été musiciens : Alphonse (1904-1977), Alphonsine (1906-1989), Voltaire Alcide (1912-1964), Alfred Marceau (1917-2003) et Julienne Adolphine (1919-2012).

Merci à Catherine Montani, pour sa généalogie en ligne, et à sa maman Odette, fille de Voltaire, pour leur aide à compléter ces infos généalogiques.